l'air intérieur

Nous passons l'essentiel de notre vie dans des espaces confinés, qu'ils s'agissent de nos habitations, de bureaux, d'ateliers ou de moyens de transport. Des pollutions diverses peuvent s'accumuler dans ces espaces, du fait des matériaux utilisés pour l'ameublement, les sols, les peintures, etc... Les concentrations en composés toxiques que l'on trouve dans l'air qui nous entoure peuvent sembler faibles puisqu'elles dépassent rarement la dizaine de molécules de polluants pour 1 million de molécules d'air (dizaine de ppm).

En revanche nous y sommes exposés quotidiennement, sur des durées prolongées. Ce sont les temps d'exposition qui rendent potentiellement dangereuses des molécules même très diluées.

Paradoxalement l'amélioration du rendement énergétique des bâtiments impose des constructions de mieux en mieux isolées qui en contrepartie, ne renouvelle pas suffisamment l'air et aggrave l'accumulation des polluants atmosphériques. La sensibilité croissante des méthodes de mesure et l'apparition de protocoles d'évaluation de la toxicité sur le long terme permettent de quantifier petits à petits les risques liés à chaque molécule et les seuils de concentration qu'il convient de ne pas dépasser afin de minimiser l'impact sur notre santé.